Le TAO chez les personnes âgées

Selon une étude de Nordt/Stohler (2006), le pic de l'incidence de la consommation d'héroïne se situe au début des années 1990 ; depuis lors, elle diminue continuellement. Cette cohorte de consommateur·rice·s devient cependant de plus en plus âgée ; en effet l'âge moyen des personnes suivant un traitement par agonistes opioïdes (TAO) augmente (Dufort/Samaan 2021 ; Dürsteler/Vogel 2016 ; Maffli/Delgrande Jordan 2010). Aujourd'hui, 75 % des patient·e·s sous TAO ont plus de 40 ans (substitution.ch 2020), cette forme de traitement s’adresse donc de plus en plus aux patient·e·s vieillissants et âgés (Köck et al. 2021).

L'efficacité du TAO laisse présager une nette augmentation des patient·e·s âgés (Dürsteler-MacFarland et al. 2014). D’un côté, les offres de réduction des risques, telles que le TAO ou les traitements du VIH et de l’hépatite C, permettent aux personnes dépendantes aux opioïdes d’atteindre un âge de plus en plus avancé. De l’autre, les personnes dépendantes vieillissent plus rapidement. En effet, l'état de santé d'une personne dépendante de 50 ans correspond à peu près à celui d'une personne non dépendante de 70 ans (Praticien Addiction Suisse 2020). Alors que dans la population générale, on considère que les personnes sont âgées à partir de 65 ou 70 ans, les personnes sous TAO le sont dès l'âge de 45 ou même 40 ans (Dürsteler-MacFarland et al. 2011).

Comme c'est généralement le cas dans la population âgée, les maladies (telles que l'hypertension ou le diabète) se multiplient, ce qui a pour conséquence d’augmenter le nombre de médicaments à prendre (voir Interactions et polymédication). Chez les patient·e·s TAO, il faut également tenir compte des effets secondaires des agonistes opioïdes (voir Choix de l'agoniste opioïde), mais aussi des comorbidités somatiques et psychiatriques plus fréquentes chez les personnes concernées (voir Comorbidités, aspects somatiques et aspects psychiatriques). En plus d’un vieillissement prématuré d'environ 10 à 20 ans et d’un mauvais état de santé général, les personnes âgées sous TAO sont souvent mal intégrées dans la société (Cheng et al. 2013 ; Lintzeris 2015 ; Reece 2010).

Les personnes sous TAO ont donc besoin d'aide et de soins beaucoup plus tôt que le reste de la population, ce qui pose de nouveaux défis aux EMS (voir Prise en charge) (Praticien Addiction Suisse 2020).

La proportion de consommateur·rice·s âgés de substances dures illégales continuera d'augmenter dans les prochaines années. Malgré leur pertinence croissante dans la pratique clinique, peu d'études scientifiques se sont intéressées de près aux personnes vieillissantes sous TAO (Dürsteler/Vogel 2016 ; Carew/Comiskey 2018).

Risques et difficultés

En raison de leur âge, les personnes dépendantes aux opioïdes peuvent être confrontées à différentes problématiques, notamment (Dürsteler-MacFarland et al. 2014) :

Ces différentes problématiques potentielles doivent être prises en compte lors du traitement psychothérapeutique.

Sources

  • Carew AM, Comiskey C. Treatment for opioid use and outcomes in older adults: a systematic literature review. Drug and Alcohol Dependence 2018; 182: 48-57.
  • Cheng GL, Zeng H, Leung MK et al. Heroin abuse accelerates biological aging: a novel insight from telomerase and brain imaging interaction. Translational Psychiatry 2013; 3: e260.
  • Dufort A, Samaan Z. Problematic opioid use among older adults: epidemiology, adverse outcomes and treatment considerations. Drugs & Aging 2021; 38(12): 1043-1053.
  • Dürsteler-MacFarland KM, Vogel M. Opioidsubstitution im Alter: ein Update. SuchtMagazin 2016; 5: 18-21.
  • Dürsteler-MacFarland KM, Vogel M, Wiesbeck GA, Petitjean SA. There is no age limit for methadone: a retrospective cohort study. Substance Abuse Treatment, Prevention, and Policy 2011; 6: 9.
  • Dürsteler-MacFarland KM, Herdener M, Vogel M. Probleme älterer Patienten in Substitutionsbehandlung. Suchttherapie 2014; 3: 113-117.
  • European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction. Site Internet. Opioids: health and social responses. https://www.emcdda.europa.eu/publications/mini-guides/opioids-health-and-social-responses_en; 30.05.2022.
  • Köck P, Schmalz AM, Walter M, Strasser J, Dürsteler-MacFarland KM, Vogel M. Herausforderungen der Opioid-Agonistentherapie aus der Perspektive der Mitarbeitenden in Behandlungszentren. Ergebnisse einer Online-Umfrage. Nervenheilkunde 2021; 40(8): 609-614.
  • Lintzeris N. Treatment of patients with opioid dependence. MedicineToday 2015; 16(6): 10-15.
  • Maffli E, Delgrande Jordan M. Altersentwicklung in der Suchthilfe: neue Herausforderungen für die Praxis? SuchtMagazin 2010; 3: 16-19.
  • Nordt C, Stohler R. Incidence of heroin use in Zurich, Switzerland: a treatment case register analysis. Lancet 2006; 368(9530): 118.
  • Office fédéral de la santé publique. Dépendance aux opioïdes, Traitements basés sur la substitution (Révision de juillet 2013) Berne : OFSP ; 2013.
  • Office fédéral de la santé publique. Site Internet. Traitements basés sur la substitution lors de dépendance aux opioïdes. https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/gesund-leben/sucht-und-gesundheit/suchtberatung-therapie/substitutionsgestuetzte-behandlung.html, accès le 13.10.2022.
  • Praticien Addiction Suisse. Site Internet. Traitement agoniste opioïde (TAO). https://www.praxis-suchtmedizin.ch/praxis-suchtmedizin/index.php/fr/heroine, accès le 13.10.2022.
  • Reece, AS. Chronic immune stimulation as a contributing cause of chronic disease in opiate addiction including multi-system ageing. Medical Hypotheses 2010; 75: 613-619.
  • Statistique nationale des traitements de substitution. Site Internet. Statistiques annuelles, 2021. https://www.substitution.ch/fr/statistiques_annuelles.html, accès le 13.10.2022.

Médecins

Conseils et aide

SafeZone.ch

Le portail de consultation en ligne dans le domaine des addictions

www.safezone.ch

Indexaddictions.ch

La base de données des offres spécialisées dans les addictions

www.indexaddictions.ch

Addiction Suisse

Av. Louis-Ruchonnet 14,
1003 Lausanne
021 321 29 76

www.addictionsuisse.ch

Infodrog

Centrale nationale de coordination des addictions
031 376 04 01

www.infodrog.ch