Médecins: Médicaments

Diagnostic

Dépendance aux sédatifs ou aux hypnotiques selon la CIM-10 (F13)

Le diagnostic de dépendance aux sédatifs ou aux hypnotiques selon la CIM-10 est posé si trois des critères suivants ou plus ont été remplis au cours de l’année précédente:

  • Désir puissant ou compulsif de consommer le médicament (craving)
  • Une capacité réduite de contrôler le début, la fin et la quantité de la consommation (perte de contrôle)
  • Un syndrome de sevrage physique lors de l'arrêt ou de la réduction de la consommation
  • Un abandon progressif des autres intérêts au profit de la consommation de médicaments, augmentation du temps passé à se procurer, à consommer ou récupérer des effets de la substance
  • La poursuite de la consommation malgré la présence de conséquences manifestement nocives, comme les chutes ou la détérioration des fonctions cognitives

Trouble lié à la consommation de substances: critères diagnostiques selon le DSM-V

La cinquième version du Manuel diagnostique et statistique (DSM-V), publiée par la Société américaine de psychiatrie (2013), introduit une nouvelle forme de classification. Par exemple, il n'y a plus de catégorisation entre l’usage abusif et la dépendance, mais onze critères sont utilisés pour déterminer si un trouble modéré ou grave de la consommation de substances est présent (Rumpf& Kiefer 2011). Si deux ou trois critères sont remplis au cours des 12 derniers mois, on parle de trouble modéré et si quatre critères ou plus sont remplis, on parle de trouble grave. Les critères sont les suivants:

  • Consommation répétée empêchant de tenir les engagements importants à l'école, au travail ou à la maison
  • Consommation répétée dans des situations où des dommages physiques peuvent se produire en raison de la consommation
  • Consommation continue malgré des problèmes sociaux ou interpersonnels constants ou récurrents
  • Développement d'une tolérance caractérisée par une augmentation de la dose ou une réduction de l'effet
  • Symptômes de sevrage ou leur évitement par la consommation de la substance
  • Prise de la substance en plus grande quantité ou plus longtemps que prévu (perte de contrôle)
  • Désir persistant ou tentatives infructueuses de réduire ou de contrôler la consommation
  • Investissement important pour se procurer la substance, en consommer ou récupérer de ses effets
  • Abandon ou restriction d'activités au profit de la consommation de substance
  • Désir puissant ou compulsif de consommer la substance

Dans le cas d'une consommation à long terme à faibles doses, les critères de la dépendance selon la CIM-10 ou le DSM-IV ainsi que du trouble au sens du DSM-V ne sont souvent pas remplis. Reste à savoir si le nouveau catalogue de critères identifiera plus fréquemment une prescription problématique à long terme de médicaments. La quantité prescrite ne permet pas d’augmentation continue de la dose et il n'y a donc pas de «perte de contrôle», le temps nécessaire pour l'approvisionnement ou la phase de récupération n’est pas non plus un critère rempli. Cependant, diverses études ont montré que des symptômes de sevrage typiques peuvent également apparaître avec de faibles doses chez les consommateurs de longue date en cas d’interruption du médicament (cf. chapitre sur l'usage abusif et la dépendance). Afin de mieux identifier le phénomène de dépendance à faible dose, Holzbach a introduit le modèle en trois phases (Holzbach 2010). Plus tard, il a été développé en un modèle à 5 phases (voir Deutsche Hauptstelle für Suchtfragen sans mention de l’année).

Sources

  • Dilling H, Mpmbour W, Schmidt MH (Hrsg.). Internationale Klassifikation psychischer Störungen. 8. Auflage; Bern: Verlag Hans Huber; 2011.
  • Rumpf HJ, Kiefer F. DSM-5: Die Aufhebung der Unterscheidung von Abhängigkeit und Missbrauch. Sucht 2001; 57: 45-48.
  • Holzbach, R. Benzodiazepin-Langzeitgebrauch und -abhängigkeit, Fortschr. Neurol. Psychiat. 2010; 78: 425-434.
  • Deutsche Haupstelle für Suchtfragen. Niedrigdosisabhängigkeit. http://www.medikamente-und-sucht.de/behandler-und-berater/medikamentensicherheit/missbrauch-und-abhaengigkeit/niedrigdosisabhaengigkeit.html, accès le 12.09.2018.

Médecins

Conseils et aide

Infodrog

Centrale nationale de coordination des addictions
031 376 04 01

www.infodrog.ch

Addiction Suisse

Av. Louis-Ruchonnet 14,
1003 Lausanne
021 321 29 76

www.suchtschweiz.ch

SafeZone.ch

Le portail de consultation en ligne dans le domaine des addictions

www.safezone.ch

Indexaddictions.ch

La base de données des offres spécialisées dans les addictions

www.suchtindex.ch