Médecins: Médicaments

Conséquences d'une consommation à long terme

La prise régulière de benzodiazépines ou de leurs analogues peut entraîner le développement d’une tolérance, ce qui provoque une perte de l'effet sédatif, relaxant musculaire et anticonvulsif. En ayant conscience du danger d'une éventuelle dépendance, la dose n'est cependant souvent pas augmentée de manière significative. Les tentatives de sevrage entraînent à leur tour des symptômes de sevrage, qui sont (mal) interprétés comme symptômes de la maladie sous-jacente. Une utilisation à long terme peut ainsi éviter les symptômes de sevrage. Toutefois, l'effet positif ne se produit pas en raison de la perte de l'effet.

Dans la littérature scientifique, ce dilemme est appelé dépendance à faible dose (Low-Dose-Dependency) parce que les critères de dépendance selon la CIM-10 ou le DSM-IV et le DSM-V ne sont pas remplis. La plupart des personnes concernées ne se considèrent pas non plus comme dépendantes. Ici, le modèle en trois phases selon Holzbach (2010) est adapté pour comprendre facilement le développement possible d'une dépendance à faible dose.

Les effets secondaires qui peuvent survenir au cours d'une utilisation à long terme peuvent généralement être divisés en trois phases:

En raison de l'inversion des effets, des symptômes de sevrage correspondants apparaissent (qui, cependant, ne sont souvent pas reconnus comme tels). Le développement de la tolérance est basé sur la contre-régulation de l'organisme, ce qui conduit à une efficacité moindre d'une dose initialement suffisante. Comme les patients ne choisissent généralement pas librement la dose (contrairement, par exemple, au tabac ou à l'alcool), le développement croissant de la tolérance conduit à une sous-dose. Les mécanismes de contre-régulation de l'organisme qui en résultent ressemblent donc aux symptômes d’un sevrage (partiel), mais ne sont souvent pas reconnus comme tels. Ils se manifestent souvent par des troubles du sommeil ou une instabilité affective. En prenant plus de benzodiazépines ou leurs analogues, ces symptômes sont soulagés ou disparaissent complètement, mais sont en même temps maintenus par la prise de benzodiazépines ou de leurs analogues. Ces symptômes peuvent même être interprétés à tort comme une confirmation que les symptômes à l'origine de l'indication sont encore ou à nouveau présents et qu'il est donc indiqué de maintenir la prise de benzodiazépines ou de leurs analogues. Le phénomène est déjà bien connu en médecine en relation avec les maux de tête induits par les analgésiques. On peut supposer que le phénomène se produit aussi potentiellement pour d'autres substances addictives, mais il est masqué par le fait que la dose peut être augmentée indépendamment relativement facilement.

Elle se produit lorsque la dose de benzodiazépines ou de leurs analogues est modérément augmentée au fil du temps. Il s'agit d'une triade typique d'indifférence affective, de déficits de la mémoire et cognitifs, et d'un manque d'énergie physique. Dans cette phase, les personnes âgées en particulier sont exposées à un risque considérable de chute en raison de l'effet de relaxation musculaire et d'une réduction de leur capacité de réaction. Le changement décrit dans cette phase, également connue sous le nom de «phase d'apathie», peut également être provoqué par d’autres maladies (p. ex. des troubles dépressifs). Il est ainsi souvent difficile pour les médecins de faire poser un diagnostic clair. Le diagnostic différentiel ne peut être posé avec certitude qu'après l’interruption progressive des benzodiazépines ou de leurs analogues. On peut supposer que dans le cas de troubles dépressifs comme cause initiale, ces symptômes ne seront pas améliorés par l'utilisation à long terme de benzodiazépines ou de leurs analogues, mais intensifiés. C'est une autre raison pour laquelle le traitement à long terme n'est pas indiqué dans ce contexte.

Cette phase, également appelée «phase de dépendance», ne se produit généralement que lorsque le patient dispose de sources d'approvisionnement supplémentaires et que le contrôle exercé par le médecin primaires est perdu. Les sources d'approvisionnement sont généralement d'autres médecins qui ne sont pas au courant du traitement primaire. Dans des cas plus rares, des canaux d’approvisionnement illégaux (p. ex. via Internet) peuvent également jouer un rôle. Dans cette phase, les critères de la dépendance habituels selon la CIM-10 sont remplis. A cet égard, elle ne diffère plus des autres dépendances, comme celle à l'alcool ou aux opiacés.

Sources

  • Deutsche Haupstelle für Suchtfragen. www.medikamente-sucht.de. Pharmakologie und Behandlung. Benzodiazepine. http://www.medikamente-und-sucht.de/behandler-und-berater/pharmakologie-und-behandlung/benzodiazepine.html, Zugriff 12.09.2018.
  • Holzbach R. Benzodiazepin-Langzeitgebrauch und -abhängigkeit, Fortschrittliche Neuronale Psychiatrie 2010; 78: 425-434.

Médecins

Conseils et aide

Infodrog

Centrale nationale de coordination des addictions
031 376 04 01

www.infodrog.ch

Addiction Suisse

Av. Louis-Ruchonnet 14,
1003 Lausanne
021 321 29 76

www.suchtschweiz.ch

SafeZone.ch

Le portail de consultation en ligne dans le domaine des addictions

www.safezone.ch

Indexaddictions.ch

La base de données des offres spécialisées dans les addictions

www.suchtindex.ch