Médecins: Alcool

Consommation d'alcool en vieillissant

L'épidémie silencieuse

La consommation problématique d'alcool chez les personnes âgées passe souvent inaperçue (Berks/McCormick 2008) ou est mal diagnostiquée (Loukissa 2007). Etant donné le vieillissement de la génération des «baby boomers», une augmentation des maladies liées à l'alcool est prévue dès la moitié des années 2000 (Bowman/Gerber 2006), d’où l’expression d’épidémie cachée pour décrire la consommation problématique d’alcool chez les personnes de plus de 60 ans (Sorocco/Ferrell 2006).

Faits et chiffres

En Suisse, environ 250'000 à 300'000 personnes sont dépendantes à l'alcool. Le monitorage suisse des addictions montre que la consommation journalière d'alcool augmente avec l'âge. Il s'élève à 22.2% chez les personnes entre 65 et 74 ans et atteint 26.2% chez les plus de 74 ans (Gmel et al. 2012). La consommation d'alcool à risque, mesurée par la consommation quotidienne moyenne en grammes, est la plus élevée au début de la retraite: 7,1% des hommes et des femmes âgés de 65 à 74 ans présentent une consommation chronique à risque. Une consommation chronique à risque signifie qu'un homme consomme en moyenne plus de 40 grammes d'alcool pur par jour. Pour les femmes, la limite se situe à plus de 20 grammes par jour. Cela correspond à environ quatre, respectivement deux verres de vin.

Observer et agir

Une consommation problématique d'alcool peut entraîner à tout âge des troubles médicaux, psychiques ou sociaux, sans que les critères d'une dépendance soient remplis. En vieillissant, des changements physiques, psychiques et sociaux se produisent et doivent être pris en compte dans le développement d'une consommation problématique ou d'une dépendance. De plus en plus d'études montrent qu'une consommation élevée d'alcool a un effet négatif sur les maladies répandues chez les personnes âgées (p.ex. diabète, hypertension artérielle, maladies gastro-intestinales, insomnie, démence et dépression) (Moor et al. 2005; Holahan et al. 2010; Barnes et al. 2010; Sacco et al. 2009; Platt et al. 2010, Brennan et al. 2011). D'autres complications peuvent découler d'interactions avec des médicaments ou d'autres troubles associés à l'âge, comme le diabète sucré ou la démence.

Il est important de reconnaître la consommation problématique d'alcool et d'être capable de faire la différence entre consommation problématique et dépendance. Un problème d'alcool peut être identifié à l'aide d'instruments de dépistage appropriés. Il s'agit donc également d'outils d'aide pour décider lorsque le soutien de professionnel-le-s spécialisés dans les addictions s'avère utile ou nécessaire.

Sources

  • Berks J, McCormick R. Screening for alcohol misuse in elderly primary care patients: a systematic literature review. International psychogeriatrics 2008; 20(6): 1090-103.
  • Bowman PT, Gerber S. Alcohol in the older population, Part 1: Grandma has a drinking problem? The Case manager 2006; 17(5): 44-8.
  • Bowman PT, Gerber S. Alcohol in the older population, Part 2: MAST you speak the truth in an AUDIT or are you too CAGE-y? The Case manager 2006; 17(6): 48-53, 59.
  • Gmel G, Kuendig H, Notari L, Gmel C. Suchtmonitoring Schweiz - Konsum von Alkohol, Tabak und illegalen Drogen in der Schweiz im Jahr 2015. Lausanne; Sucht Schweiz; 2016.
  • Loukissa D. Under diagnosis of alcohol misuse in the older adult population. British journal of nursing 2007; 16(20): 1254-8.
  • Sorocco KH, Ferrell S W. Alcohol use among older adults. The Journal of general psychology 2006; 133(4): 453-67.

Médecins

Conseils et aide

Infodrog

Centrale nationale de coordination des addictions
031 376 04 01

www.infodrog.ch

Addiction Suisse

Av. Louis-Ruchonnet 14,
1003 Lausanne
021 321 29 76

www.suchtschweiz.ch

SafeZone.ch

Le portail de consultation en ligne dans le domaine des addictions

www.safezone.ch

Indexaddictions.ch

La base de données des offres spécialisées dans les addictions

www.suchtindex.ch